Le cycle de veille

Nous en avons parlé lors du TD 4 consacré au tableau de bord de sa veille. Voici une carte conceptuelle faite par Bruno RIchardot qui récapitule la mise en place d’une veille projet.

En entrée, le besoin d’information, en sortie, le monitoring (c’est à dire la surveillance de page) ou la lecture de flux. Nous sommes là dans les trois étapes de la veille que nous avons découverte dans le schéma du cycle de veille.

Publié dans ressources, TD4 | 2 commentaires

Commande patronale : un suivi de veille sur l’entreprise 2.0

Vous êtes graphiste pour une PME dont les membres sont éparpillés aux 4 coins de la planète. Le mode de communication privilégié est le mail et skype, quand il veut bien marcher alors même que un superbe extranet est à la disposition de tous mais qu’il n’est pas utilisé à 20 %.

Votre patron a construit cette entreprise à la force du poignet. Tout son temps y a été consacré et il n’a pas pu se renseigner vraiment sur les possibilités offertes par le web de remplacer ses outils existants. Hors aujourd’hui, lors d’une réunion patronale, l’un de ses collègues lui a assuré que le mail était has been. Il a fait une petite recherche sur le web et a appris avec effarement que l’usage du mail  avait coûtés aux entreprises américaines en 2008 650 milliards de perte. Il a vu aussi que les réseaux sociaux, dont il croyait qu’il s’agissait de potacheries étudiantes, étaient plus populaire que le mail et que désormais beaucoup de ses collègues parlaient d’entreprise 2.0.

Vous êtes le plus jeune arrivé dans l’entreprise et il s’est dit qu’il pouvait peut être voir avec vous ce qu’il en était. A sa grande surprise, pendant la conversation, il s’est rendu compte que vous connaissiez bien, du moins l’a-t-il cru, l’entreprise 2.0. Une illumination pour lui, vous êtes la femme ou l’homme de la situation.

Qu’allez-vous faire ?

Publié dans exercice 10, TD4 | Laisser un commentaire

Sondage pour les ALT – entretien avec le modérateur de RegioJob

Je vous laisse découvrir la plateforme regionjob qui est un jobboard qui propose également une plateforme de blog pour les personnes qui veulent tenir leur portfolio sous ce format-là.

L’intérêt de participer à une plateforme thématique comme celle-ci permet de démultiplier les contacts puisque les producteurs de contenus et les commentateurs sont les mêmes et qu’ils publient au même endroit. La plateforme rend alors possible par divers processus la visibilité des différents profils qui s’y exprime.

Si vous avez des questions sur la plateforme, posez-les sur twitter ou alors en commentaires de ce billet.

Si vous voulez en savoir plus, je vous ai proposé un entretien twitter avec le modérateur de cette plateforme. Si cela vous intéresse je vous convie à voter sur le formulaire google mis en place pour cette occasion à cette adresse.

Ce sondage est ouvert jusqu’à dimanche 20 mars 2011, 23h59. Si il y a une majorité absolue de oui, alors je met en place l’entretien.

Publié dans TD2 | Laisser un commentaire

Retour sur l’analyse d’une tâche

Concernant les articles que vous avez fait pour répondre à la question du plaisir éprouvé lors d’une tâche, je vous conseillerai d’en reprendre l’écriture. C’est un conseil et non une obligation.

Pour moi vos travaux ne sont pour l’instant que des ébauches.

Quand on relate une tâche, il faut l’analyser globalement, du moment où il y a un besoin qui émerge au moment où on va se demander ce que l’on a fait quand on l’a fait. En ce sens cet article que vous écrivez est la dernière étape de cette tâche que vous avez réalisée.

Pour analyser cette tâche, il faut la concevoir globalement dans le cadre du projet. Il s’agit de montrer l’ensemble du processus qui la fonde. Pour cela on va essayer de définir les différentes étapes du projet à commencer par celle qui sont plutôt d’ordre managériale : constitution de l’équipe (avec qui ? pour quoi faire ?), définition de la commande (qui la passe ? Pourquoi ? – et même si c’est un exercice scolaire, il y a une commande qui peut être double : commande de l’enseignant qui veut tester vos compétences et commande lié à l’exercice en lui-même), contexte de l’entreprise dans laquelle vous intervenez…

Ensuite, il s’agit de montrer la réalisation, les différentes étapes suivies, les interactions avec le groupe, jusqu’à la réalisation de la production finale qui doit être liée (soit à la pièce jointe du projet, soit vers le site internet construit…). La production est la preuve de votre travail. Vous pouvez y ajouter les recommandations de vos pairs (les membres de l’équipe) ou celle du commanditaire.

La production peut ne pas être finie, ou être bancale dans une certaine mesure (au delà, ne faite pas un compte rendu – pas la peine de se tirer une balle dans le pied non plus). Ce n’est pas grave en soi, tout réside dans l’art d’expliquer les défauts. rappelez-vous une chose, c’est que la chose la plus importante est d’apprendre de ses erreurs. Pour cela il faut savoir bien comprendre ces erreurs pour ne pas avoir à les reproduire. Reproduire une erreur est une faute !!!

C’est dans cette dernière partie que vous allez remettre en perspective la tâche effectuée. Il va falloir que vous reveniez sur le travail effectué et que vous montriez ce que vous avez appris individuellement toujours dans ce tryptique : connaissances cognitives, connaissances sociales, connaissances intrapersonnelles.

– les connaissances cognitives, c’est à dire ce que vous avez appris. Il peut s’agir de connaissances mais aussi de compétences et dans ce cas de niveau de compétences.

– les connaissances sociales renvoient aux  personnes avec qui (vos collègues de l’équipe) ou pour qui (le commanditaire) vous avez travaillé. Chacun vous a laissé une impression et à chacun vous avez laissé une impression. Vous recommanderont-ils pour un autre travail ? Et vous les recommanderez-vous ? Il faut savoir connaître les personnes pour leur demander ce qu’ils sont capable de faire (et non ce qu’ils ne savent pas faire).

– les connaissances intrapersonnelles renvoie à la connaissance que vous avez de vous même et à l’analyse de vos réactions en situation de réalisation de la tâche.

Ces trois types de connaissances doivent aussi donner lieu à un travail identitaire qui répondent à ces deux questions :

– qu’est-ce que j’ai transformé dans mon identité ? qu’est-ce qui a changé chez moi ?

– quelle a été l’identité du groupe qui s’est créée ? Quelle est l’identité de l’objet que nous avons créé ?

 

Publié dans exercice 3, TD2 | Laisser un commentaire

De la passion avant toute chose

Lors d’une rencontre cette semaine de collègues, j’ai eu l’occasion de discuter avec l’un d’entre eux dont le fils est DRH dans une grosse boite. Nous en sommes donc arrivé à discuter de recherche d’emplois et d’entretiens d’embauche.

Deux arguments me paraissent important :

– ce que recherche aujourd’hui les entreprises, c’est des gens passionnés. Et donc les entretiens vont rapidement prendre cette voie-là. Pourquoi veulent-ils des gens passionnés ? Car il s’agit de personnes qui vont s’impliquer. Faire valoir ses passions et ce que l’on a fait pour les réaliser ; pouvoir et savoir dire le plaisir éprouvé dans une tâche devient une chose essentielle. C’est un exercice de communication à maîtriser.

– comme tout, tout est dans la mesure ! Avoir 100 000 passions, être partout et nulle part conduira à l’effet inverse. Pourquoi ? Parce que le temps n’est pas extensible et que pour pouvoir réaliser ces passions il vous faut être présent. Quelqu’un d’engagé partout est souvent nulle part et il peut aussi se servir de son temps de travail pour réaliser des choses qui relève d’un temps non professionnel. Un employeur ne prendra pas le risque.

Un autre risque à ne pas négliger concerne les objets technologiques. Avoir un iphone, un ipad, deux ou trois portables etc peut être dommageable à dire car les usages de ces objets prennent du temps et souvent du temps sur le temps de travail.

Je rajouterai également un conseil de mon cru, on dit souvent que les jeunes générations sont multitâches et font plusieurs choses à la fois. Oui mais chaque tâche consomme des ressources (énergie, temps) et si on peut faire plusieurs tâches en même temps, ce ne peut être que des tâches qui ne demandent pas trop ou peu ou pas du tout d’attention. L’un des enjeux de l’usage des technologies (objets ou logiciel ou service) réside dans notre capacité à gérer notre attention. On ne peut faire montre d’intensité que dans une seule tâche à la fois, le reste fonctionne par automatisme ou consomme des ressources sur la tâche principale.

Les DRH l’ont bien compris, eux qui attendent d’un salarié le maximum d’attention à son travail.

Donc, une ou deux passions bien argumentées doivent montrer plusieurs choses :

– votre capacité à communiquer vos passions à un tiers

– votre capacité à gérer le temps que vous consacrez à chaque activité

– votre capacité à gérer votre attention et à ne pas être distrait par des tâches moindre

– votre capacité à gérer l’intensité de votre engagement.

Publié dans exercice 3, TD2 | Laisser un commentaire

Colonie de vacances avec les personnes handicapées

Il y a trois ans, j’ai participé avec mon association APAJH (Association pour Adultes et Jeunes Handicapés) dans une activité de colonie de vacance avec les personnes handicapées physiquement et mentalement.

Le but de cette activité était d’aider les personnes handicapées qui vivent dans des centres spécialisés pour personnes handicapées en les faisant découvrir des endroits qu’elles connaissent pas comme la Bretagne étant donner que ces personnes restent toute l’année dans leur centres.Le séjour a eu lieu dans une petite commune qui s’appelle Plémet qui se situe dans le département cotes d’Armor en Bretagne.

A cette occasion, notre association a travaillé avec un centre pour les personnes handicapées physiquement et mentalement qui est à Angers. Avant d’aller chercher les pensionnats dans leur centre, on a suivi une formation de 7 jours. Durant cette formation, on a appris beaucoup de chose. On nous appris comment se comporter devant les personnes handicapées physiquement et mentalement, leur maladies et les activités qu’on peut faire avec elles.Les premières séjours qu’on a passé avec les pensionnats étaient difficiles et fatigants pour certains d’entre nous par manque d’expériences.

Pour moi, c’était la première fois que je travailler avec les personnes handicapées physiquement et mentalement avant je travaillait avec les enfants de 6 à 10 ans dans les colonies de vacances.

Au fil de temps, on a appris à se connaître et à s’adapter. Durant le séjour, on a mené beaucoup d’activités. On a fait des petits ateliers, Moi je faisait parti de l’atelier de jeux de société, du théâtre, de relaxation et de la musique.

Le séjour a durée deux semaines, durant ce séjour j’ai appris beaucoup de choses que je ne connaissait pas avant et ça m’ a apporté une expérience enrichissante qui pourra me servir dans la vie de chaque jour.

Liens:http://www.apajh.org/index.php?option=com_content&view=article&id=511&Itemid=909

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire

Machine à sous

Durant mon temps en entreprise, j’ai commencé un projet dans lequel j’étais concerné par le développement d’une machine à sous réaliser en flash.

Ce développement s’est déroulé sur plusieurs étapes plus ou moins appréciables, et c’est surtout durant celle de la réflexion des différentes règles, solutions de programmation et autres problèmes, que cela a été le plus intéressant. Il s’agissait simplement de se regrouper (souvent à 2 personnes simplement), de se poser et de faire un brainstorming.  C’est à ce moment que l’on pouvait envisager ce jeu de bien différentes manières, les plus diverses et variées, allant de la programmation de ce jeu en 3d (mes compétences ne me le permettant pas, mais il était agréable de se l’imaginer tout de même), en passant par la simple décision de comment les cadeaux allaient être disposés sur le plateau.

C’est un travail, qui m’a non seulement enrichie dans ma créativité, mais aussi et surtout dans mes compétences en programmation en ActionScript3, langage dans lequel le jeu a été quasi-intégralement conçu. C’était une expérience qui m’a fait réfléchir par moi même aux solutions qui étaient nécessaires pour ce projet, étant maintenant la dernière personne pratiquant l’ActionScript3 dans mon entreprise depuis le départ de notre cher Aimerick.

Tout cela pour dire que c’est un projet sur lequel je ne regrette pas d’avoir travaillé et sur lequel il me plairait de retravailler.

Publié dans Uncategorized | 2 commentaires

Analyser les liens entrants et sortant : le backlink factory

L’influence d’une personne se mesure en partie par les liens qui pointent vers elle.

Les liens entrants sont ceux qui pointent vers une page de la personne (fonction link sur google recherche avancée – exemple). Les repérer permet de mesurer les citations. Le nombre de citations va marquer l’influence de la personne citée.

Les liens sortants sont ceux qui sont mis par la personne sur son espace de publication. Ils visent à attirer l’attention des personnes citées.

Un outil très pratique à utiliser pour les réseaux, c’est le backlink factory de wikio. Comme le dit wikio, Cet outil est expérimental. Il ne peut afficher que les liens qui font partie des sources indexées par Wikio, et à condition qu’ils soient publiés dans les flux RSS. Il est bien possible qu’il y ait des erreurs et des dysfonctionnements.

Publié dans outils utilisés, TD3 | Laisser un commentaire

Initiation au web2.0

Un diaporama qui montre une bonne vue d’ensemble de l’évolution du web2.0

Publié dans ressources | 2 commentaires

Site web MJC Prévert

Lors de mon stage effectué en seconde année de BTS Informatique de gestion à la MJC Prevert au Mans, j’ai eu l’opportunité de travailler sur le site web de cette association avec une autre personne de ma classe.

Cette association a trois pôles d’activités :

  • le cinéma d’art et essai Les Cinéastes,
  • la radio associative Radio Alpa,
  • divers ateliers et activités (photo, danse, peinture etc).

Il existait déjà deux sites web distincts, celui de Radio Alpa (« propulsé » par Joomla) et celui de la MJC Prevert (qui tournait sur un petit cms qui maintenant n’est plus supporté), rarement mis à jour et presque désert.

Nous devions tout regrouper sous un même site, contenant les parties distinctes correspondant aux pôles d’activités cités plus haut.

Les poids des habitudes étant ce qu’il est, nous avons malheureusement dû nous cantonner à l’utilisation de Joomla.

Il fallait aussi ajouter des fonctionnalités telles qu’un calendrier, une newsletter, un plan google maps interactif pour l’accès au cinéma. Celles-ci sont proposées sous forme de plugin Joomla, tandis que d’autres (l’affichage des titres en cours sur la webradio, ajout de player mp3 dans un article) sont le fruit de notre développement.

Ce fut assez plaisant de confronter les idées, peser le pour et le contre, argumenter et proposer nos différents choix entre nous et à l’équipe, même si ce ne fût pas une promenade de santé.

Vous pouvez voir le site web à cette adresse : mjcprevert.com (les coupables de la lenteur sont Joomla, l’hébergeur et peut-être aussi les auteurs d’articles qui postent des images non redimensionnées, ainsi qu’un oubli sur les PNG 8 bits).

Publié dans exercice 3 | 1 commentaire